Le Centre de Vaccinations Internationales Air France

Le Centre de Vaccinations Internationales Air France, déménage !
Il quitte le quartier historique des Invalides pour traverser la Seine en direction de République, plus accessible.
À partir du 1er mars, retrouvez-vous au 38 Quai de Jemmapes, Paris 10ème.

Vous pourrez vous rendre au 38 Quai de Jemmapes, Paris 10ème à compter du 1er mars, face à la verdure du canal.
L’équipe du Centre de Vaccinations Internationales Air France vous y attend :
Pour tout renseignement :
contact@voyagesante.fr
http://www.vaccinations-airfrance.fr/
Tél : 01 43 17 22 00
Jusqu’au 27 février inclus : 148, rue de l’Université, Paris 7eme.

Crapaud Buffle

Crapaud buffle

Si vous croisez un nain de jardin vivant, c’est un crapaud Buffle !

Qui est-il ?

Ce crapaud géant est la seule espèce de crapaud que vous rencontrerez en Guadeloupe.
Appelé crapaud buffle ne se vexera pas si vous dites crapaud bœuf !

Crapaud buffle
Crapaud buffle

Les mâles mesurent jusqu’à 14 centimètres de haut et les femelles sont encore plus grosses, jusqu’à 18 centimètres pour un poids d’environ 1kg, ce qui en fait le plus gros crapaud au monde.

D‘où vient-il ?

Le Crapaud buffle (nom scientifique : Rhinella marina) est un amphibien de la famille des Bufonidae.

Originaire d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, il est importé au XIX siècle pour se régaler des hannetons de la canne à sucre qui se régalaient … de la canne à sucre !

Le crapaud buffle n’a pas trop apprécié les hannetons mais s’est bien plu en Guadeloupe, si bien qu’il devient un peu envahissant !

Que fait-il ?

Le crapaud buffle sort la nuit et à la tombée du jour.

Il s’accouple au début de la saison des pluies en appelant la belle d’une voix de ténor, près
des étangs, des mares… ou des flaques d’eau.

Monsieur Buffle s’installe sur le dos de Madame et féconde jusqu’à 35 000 œufs.

Œufs qui éclosent en juillet, donnant naissance à des milliers de têtards qui mangent de tout et  nettoient mares et canaux.

En dehors de ça le crapaud buffle n’est pas très difficile et mange papillons, coléoptères, scarabées, fourmis, mille-pattes, scolopendres, blattes ou ravets, araignées, punaises, termites, escargots mais aussi des grenouilles et des lézards .

C’est un grand prédateur d’invertébrés terrestres en Guadeloupe.
Même s’il n’est pas vraiment beau, c’est une espèce utile à notre environnement.

Un peu toxique le crapaud Buffle !

Ses espèces de verrues contiennent un poison toxique.
Il vaut mieux éviter d’y toucher et se laver les mains tout de suite.
Soyez prudents avec les enfants.

Les œufs et les têtards sont aussi toxiques, ce qui les protèges des prédateurs.
Bien que cela ne semble pas déranger la mangouste et le héron garde-bœuf ou pique-bœuf, qui mangent surtout les jeunes crapauds.

Crédit photo Sybarite48

Marie-Pierre en Guadeloupe

Départ vers la Guadeloupe

Coucou tout le monde

Ca y est ! Je suis arrivée avec mes amis sur mon lieu de villégiature à Daube sur la commune de Saint François. Le nom du lieu-dit n’inspire pas grand-chose mais c’est un vrai paradis.
Mais commençons par le début de notre aventure …

Départ de Orly à 12H15 dimanche 22/04/2012.

Arrivée en avance à l’aéroport, j’ai retrouvé Christelle, Tony et leurs deux grandes filles Alison et Anaïs vers 9H à proximité des guichets de la compagnie.
Parés à l’enregistrement des bagages !
Pas de matières dangereuses ?
Non Pas de matières corrosives ?
Non … Pas de lessive ?
Eh ben si ! Nous avions prévu d’emmener quelques matières premières afin de ne pas trop acheter sur place.
Raté donc pour la lessive.
Pas de problème quand au poids : nous étions autorisés à 46kg par personne.
Contenu protégé, auquel seuls vos membres peuvent accéder

Bagages enregistrés … il n’y a plus qu’à attendre.

Un petit tour en zone d’embarquement et c’est parti.
Je conseille la compagnie CORSAIR FLY : un accueil et une serviabilité du personnel de bord, en grande majorité masculin, extra.

Aucun retard ni au départ, ni à l’arrivée.
Et des places, malgré tout, assez confortables.
Avion plein à craquer.
Seul bémol : pas d’écran individuel.

Arrivée à Pointe à Pître

Après 8H et quelques d’un vol sans encombre, atterrissage à Pointe à Pître à 14H45 heure locale.
Température au sol à 28°C et ciel dégagé avec quelques nuages.
Un petit vent très agréable.
Récupération de la voiture de location un peu épique.

Voiture de location

Le loueur est venu nous chercher dans une fiat Multipla avec son fils.
Nous voici donc partis faire les papiers à cinq minutes : le loueur, son fils, Anaïs et Tony à l’avant (sur trois sièges) et Alison (avec un réhausseur dans les bras), Christelle (dans un siège auto) et moi à l’arrière et le coffre plein à raz bord de tous nos bagages : ma grosse valise, celle de Tony, celle de Christelle, le sac à dos d’Alison, le sac à dos d’Anaïs et tous les bagages que nous avions en cabine dans l’avion.
Imaginez l’équipée sauvage !!!

Nous avons donc eu droit au Fiat Multipla au lieu de la Fiat Fiorino réservée.
Petit surclassement donc sans supplément.

En discutant un peu avec le loueur, nous avons appris avoir échappés à une tempête qui finalement s’est déplacée.
Et donc après un temps gris et pluvieux de quelques jours, nous arrivons sous le soleil.

Découverte de notre nid de Guadeloupe

Une petite heure de route pour rejoindre notre lieu de séjour.
Pas d’indication et après un appel téléphonique au propriétaire, nous voici arrivés.

Route de pleine campagne partiellement goudronnée …
Une petite angoisse de finir dans un coin paumé mais une bonne surprise à l’arrivée.
Petit groupement de quelques gîtes, sur les hauteurs de Saint François.
Bel entretien avec des fleurs (les bougainvilliers sont en pleine floraison) et un beau coin piscine.
Gîte propre et bien équipé.

Premier délices de Guadeloupe

A peine arrivés, installation rapide et hop … dans la piscine histoire de se rafraîchir : que cela fait du bien après une longue journée.
L’eau est chaude (environ 28°C) et très agréable.

Difficile de résister pour cette première soirée, et après un repas rapide, tout le monde au lit à 21H.

Réveil matinal après une bonne nuit malgré la chaleur.
Même Alison et Anaïs, réputées grosses dormeuses, étaient debout à 7H30.

Journée tranquille aujourd’hui histoire de s’habituer à la chaleur : 34°C ce matin à l’ombre à 9H.
Petite tête dans la piscine à la « fraîche » et virée en centre ville pour les courses de première nécessité.
Nous irons à la mer en fin d’après midi.

Le soleil se couche vers 18H30 et la nuit tombe d’un coup.

A l’heure où j’écris ce message, tout le monde est à la sieste.
Vous voyez donc que nous commençons à prendre le rythme des îles …
Petit rhum ce soir et c’est parti pour deux semaines de vacances de rêve !!!

Gros bisous

Marie-Pierre

Suivant

La Guadeloupe, une destination de rêves !

Kite-surf sur la plage de l'Autre Bord

La Guadeloupe, une destination de rêves !
Bien que restant dans un département français, le voyageur touriste sera bien dépaysé sur cette terre de France lointaine.

La Guadeloupe, une destination de rêves !

Souvent on me demande à quoi ressemble la Guadeloupe ?
Sur Basse-Terre, la partie la plus montagneuse de l’île, là où se trouve le volcan, vous resterez ébahis par la luxuriance de la végétation, la beauté des fleurs, les fougères géantes hautes de trois à quatre mètres.
En Grande-Terre, le relief est beaucoup plus plat, hormis “les grands-fonds” qui vous rappelleront la Suisse normande pour ceux qui connaissent…à découvrir absolument.
En Grande-Terre, c’est verdoyant.

Comme en Normandie

Imaginez la Normandie, avec des champs de canne à sucre à la place des champs de maïs.
Sinon vous verrez des herbages avec des bœufs, des vaches, voire des taureaux !
La Normandie, vous dis-je… la chaleur en plus !
Il pleut presque tous les jours… durant une heure, le reste du temps c’est beau et chaud ou l’inverse, si vous aimez les contrepèteries !
Le jour se lève d »un seul coup, à 6h30 et la nuit tombe aussi brutalement, pratiquement sans crépuscule et ce, dès 18h30.

Des grenouilles et des coqs

Les grenouilles et les coqs chantent toute la nuit, l’eau de mer est chaude nuit et jour…
Dépaysement assuré pour les urbains de métropole !
Sauf quelques rares exceptions, comme partout, les Antillais sont particulièrement accueillants, à la fois Speed et nonchalants !
Ne me demandez pas de vous expliquer ce que cela veut dire, vous découvrirez sur place !

Guadeloupe, danger

Vous me voyez obligé de vous prévenir des risques énormes que vous prenez en choisissant cette destination !
Réfléchissez bien avant d’effectuer votre premier voyage vers la Guadeloupe ou la Martinique, les répercussions sur le reste de votre vie peuvent être fatales !
Les Antilles sont très addictives, pire que le tabac, vous ne pourrez plus vous en passer…
Je ne connais pas d’Antillologue, prudence !
Comme moi, vous risquez d’en prendre pour 20 ans et, j’espère, bien plus encore !
Bon voyage et bon séjour !

Partir avec Air France

En route pour la Guadeloupe, le ciel à travers le hublot

Air France, compagnie de transport aérien vers les Antilles, doyenne des compagnies aériennes pour voyager vers les Antilles offre des tarifs très compétitifs sur certains vols.

Air France

La compagnie Air France propose au moins deux vols par jour au départ de Paris.
Certains vols comprennent une escale en Martinique et/ou au retour.

 

En route pour la Guadeloupe, le ciel à travers le hublot

Coordonnées principales d’Air France

96 r Rennes 75006 PARIS
Fax : 01 42 22 73 13

Ventes et services par téléphone

30 av Léon Gaumont 75985 PARIS CEDEX 20
36 54 dites : “horaires ou billets ou services” 0,34 E TTC/mn
Prix à partir des téléphones fixes. Les tarifs indiqués ne tiennent pas compte des plages horaires.

Agence Opéra

49 av Opéra 75002 PARIS

Agence Jardin du Luxembourg

4 pl Edmond Rostand 75006 PARIS

Agence Bonne Nouvelle

11 r Faubourg Poissonnière 75009 PARIS.

Agence Esplanade des Invalides

2 r Robert Esnault Pelterie 75007 PARIS

Agence Maillot

2 place Porte Maillot 75017 PARIS

Agence Lecourbe

79 r Lecourbe 75015 PARIS

Centre de vaccinations Air France

Je reprends ici le commentaire déposé par Sarah SODAIFY responsable communication
Le centre de vaccination internationale Air France, par l’association voyage et santé est transféré à partir du 1er mars 2016 au 38 quai de Jemmapes, 75010 métro (république).
Le centre actuellement situé au 148 rue de l’université 75007 Paris, fermera définitivement ses portes le 27 février 2016 à 16h00

Ouvert tous les jours sauf dimanches et jours fériés sans rendez-vous et sans interruption.

  • du lundi au mercredi, le vendredi de 08h45 à 18h
  • le jeudi de 08h45 à 20h
  • le samedi de 08h45 à 16h

Le Centre de Vaccinations internationales d’Air France est le seul centre français certifié ISO 9001 depuis juin 2001, gage de qualité.
Les vaccins pratiqués sont avant tout ceux du voyageur : fièvre jaune pour l’Afrique Noire et certains pays d’Amérique du Sud, vaccins protégeant contre la typhoïde et l’hépatite A pour les zones à risques, encéphalite japonaise pour les séjours prolongés dans l »Asie des rizières, vaccin de l »encéphalite à tique pour les voyages entre l’Est de la France et l’Asie occidentale, vaccin tétravalent antiméningococcique exigé par l’Arabie Saoudite lors du pèlerinage de La Mecque et conseillé pour plusieurs pays d »Afrique, zone Sahélienne, vaccin antirabique pour les séjours aventure où cette maladie incurable sévit encore, surtout en Asie, vaccin contre la leptospirose pour les personnes pratiquant des activités en eaux douces.

148 rue de l’Université 75007 Paris –

Tél.: 01 43 17 22 00

Site internet : http://www.centredevaccination-airfrance-paris.com/
adresse mail : info@vaccinations-airfrance.fr

Quelques conseils utiles

Coucher de soleil à Port Louis

Quelques conseils pour passer de bonnes vacances en Guadeloupe ou plus généralement, aux Antilles.
Dans les Antilles françaises, hormis la chaleur, il n »y a pas une grande différence avec la France métropolitaine.
Les conseils que je donne ici ne sont que quelques rappels de bon sens.

Le soleil antillais

À la Guadeloupe, le soleil est terriblement dangereux, même pour les personnes qui habituellement ne le craignent pas.

Coucher de soleil à Port Louis
Aux Antilles, il est très rare d’avoir un ciel bleu uniforme. Il y a presque toujours de gros et beaux nuages qui se promènent à l »horizon.
Souvent même, le ciel est couvert.
Une prudence extrême s’impose, même par temps couvert, les rayons du soleil sont extrêmement violents.
Utilisez des crèmes solaires à indice très élevé.
Portez un chapeau, un pantalon et des manches longues, principalement entre 10 heures du matin et 16 h.
Sur la plage, évitez le cycle de la dinde : trempage, rôtissage, trempage, rôtissage…
Bien sûr, ça permet d’épater les collègues de bureau au retour…
Ça permet surtout de découvrir les progrès extraordinaires de la médecine, de la chirurgie, de la chimiothérapie et de la radiothérapie, quelques années plus tard avec un joli et coquin mélanome malin !
Faites comme moi, portez un immense chapeau de paille de coupeur de cannes.
Non seulement, il vous servira de parasol par beau temps, et de parapluie lors des nombreuses ondées, mais en plus, vous aurez peut-être le plaisir d’entendre un vieux guadeloupéen, s’adresser à vous en créole, surpris, de voir un touriste se retourner !

Les moustiques

Ils ne sont pas plus ennuyeux et voraces que dans le sud de la France.
Une précaution toutefois, certains sont porteurs du virus de la dengue (prononcez “dingue”).
On se retrouve dans un état fiévreux assez comparable à la grippe.
Rassurez-vous, en Guadeloupe, et plus généralement, aux Antilles françaises, ce n’est qu »une forme assez bénigne, rien à voir avec la dengue hémorragique.
Ce n »est pas très agréable, mais ce n’est pas réellement dangereux, sauf pour des organismes particulièrement fragiles (nouveau-nés, vieillard etc.)
Ça suffit malgré tout pour gâcher des vacances !
Vous prendrez donc la précaution de vous enduire le corps et le visage d’un produit répulsif.
Il existe de nombreux systèmes pour tuer ou faire fuir les moustiques tels des diffuseurs électriques qui se branchent 24 heures sur 24, qui me semblent être de très bons moyens de s’intoxiquer un peu plus !
Comme les Guadeloupéens, adoptez des solutions simples :

  • une moustiquaire au-dessus du lit, pour passer une nuit tranquille (dans un gîte, vérifiez bien que ladite moustiquaire ne comporte aucun accroc, les moustiques semblent y être très attentifs !) ;
  • un ventilateur, dirigée sur le lit, suffit la plupart du temps.

D’une part il vous rafraîchit et d’autre part, il éloigne les moustiques qui n »aiment pas les courants d »air.

Par contre, protection maximum dès que vous vous rendez dans des zones de mangrove, à la tombée du jour, comme durant la visite des pélicans, à Vieux Bourg.
Quelques plages sont réputées pour leurs moustiques, comme celle de Port-Louis.
Plage extrêmement agréable, jusqu »à 17 h, après, vous aurez l »impression de vivre un remake de Pearl Harbor !

Les serpents guadeloupéens

Il n’y a pas de serpents venimeux en Guadeloupe, pas même de vipère.
Vous pourrez donc vous promener à la campagne ou dans les forêts guadeloupéennes sans aucune appréhension.

Au volant, prudence !

En Guadeloupe et généralement, dans toutes les Antilles françaises, les routes principales sont de mieux en mieux entretenues.

Cycliste dans la rue principale de Port-Louis
Durant la saison de la canne à sucre, des nids de poules se creusent dans de nombreux endroits, toujours les mêmes : soyez très prudent lors de votre premier séjour !
Ensuite, vous connaîtrez les dangers !
Les transports de canne à sucre sont impressionnants. Ce sont soit des semi-remorques, soit d »énormes remorques tirées par des tracteurs à quatre roues motrices.
Sur les petites routes, ils ne nous laissent pas beaucoup de place.
Vous serez surpris également de voir que les Guadeloupéens sont très sportifs.
Dès la sortie du travail, un grand nombre de cyclistes s’entraînent et vous les croiserez ou les doublerez en train de pédaler à vélo.
Prudence, la plupart sont noirs, habillés de noir et sans éclairage !
Par nuit sans lune, on se trouve vite surpris !
De même, les vélomoteurs, Mobylettes bleues en général, roulent sans éclairage…
Mais comme ils roulent tous en échappement libre, ça sert d »avertisseur !

Le rhum antillais

Il faut naturellement se méfier des méfaits du Ti-Punch omniprésent et plus encore du planteur, délicieux mais ravageur !
C’est tellement doux que l’on oublie vite que le rhum, selon sa provenance titre de 50 à 55 degrés.
À user avec modération !
Moi qui ne boit pratiquement jamais, lors de mon premier séjour qui avait duré un mois et demi, j’ai été stupéfait, à mon retour en métropole, de prendre conscience des quantités d »alcool que j’avais ingurgitées, en toute innocence !
Méfiez-vous dans les lolos (petits restaurants typiques), le Ti-Punch ou le planteur, accompagné d’accras de morue, est bien tentant !
Choisissez donc un lolo près d’une plage ombragée, vous pourrez laisser les vapeurs d »alcool se dissiper en toute quiétude, avant de reprendre la route…
Méfiez-vous pour deux, les Guadeloupéens font largement honneur à la production locale de rhum (60 % de la production est consommée sur place !)
Le soir, soyez donc doublement prudent.
Redoublez d’attention le vendredi soir et même si possible, délaissez la voiture et rendez vous à pied au restaurant.
Le retour, en bord de mer, un soir de pleine lune laisse un souvenir inoubliable, du moins, si vous logez en ville !

Le jour et la nuit

Au début, vous serez très surpris par la tombée de la nuit .
17 h 30 en hiver, 18 h 30 à 19 h pour les jours les plus longs.
On passe du plein soleil au noir le plus sombre en moins de 30 minutes.
Pratiquement pas de crépuscule. Au début c’est vraiment surprenant.
En hiver, vers 16 h 30, nous atterrissons par un soleil radieux.
Le temps de débarquer, de prendre les bagages, et c’est la pleine nuit !
Heureusement, dès la nuit tombée, les coqs et surtout les grenouilles sont là pour égayer tout ça.
Avec le décalage horaire, le premier jour, vous vous retrouverez certainement seul à vous promener à quatre heures du matin, sur la plage, en pleine forme !
Vous aurez ainsi le plaisir de voir le jour se lever aussi vite que la nuit peut tomber !
Profitez de ce décalage pour continuer à vous lever dès cinq heures et demi, comme le font les Guadeloupéens et couchez-vous tôt (20 h 30 à 21 h maximum).
Bannissez la télévision, le soir.
Si vous êtes en manque, regardez les informations le matin.
En gardant ce rythme, vous passerez un séjour extrêmement agréable en profitant un maximum de vos journées, sans fatigue excessive et de plus, vous ne ressentirez quasiment pas le décalage horaire au retour !
Et ça, ça n’a pas de prix !

Quelques précautions

Je n’ai jamais eu d »ennuis, même en me promenant dans des quartiers réputés à risque.
Malgré tout, je ne me promènerais pas n’importe où, le soir, seul, avec un appareil photo en bandoulière.
Une simple question de bon sens.
Mesdames, évitez, surtout le soir, d’exhiber des bijoux de valeur.
Évitez de vous promener seule.
La Guadeloupe n’est pas Chicago à la grande époque mais tout de même, il y a un problème réel de délinquance.
À Pointe à Pitre, méfiez-vous quand un clochard s’approche de vous, il risque de se jeter sur vous pour vous « rouler un patin » mémorable, ils adorent ça !
Gageons que vous apprécierez beaucoup moins !!!

La photographie

Les Guadeloupéens ont horreur qu’on leur vole leur photo !
Je me rappelle un touriste, arrêté sur le bord de la route, son appareil photo calé sur la portière de sa voiture de location, attendant le moment décisif, pour photographier un char à bœufs.
Arrivé à sa hauteur, le conducteur du char, avec une grande dextérité, lui a envoyé un coup de fouet magistral sur la main !
J’ai fait de nombreuses photos, sans aucun problème, tout simplement en demandant l’autorisation de photographier.
Posez-vous cette simple question : quand vous êtes dans votre ville, en train de faire vos courses ou de promener vos enfants, que ressentez-vous, lorsque vous voyez un objectif se diriger vers vous, pour vous prendre en photo ?
Il suffit de se rappeler, que la Guadeloupe, les Antilles, la Caraïbe et les Caribéens ne vivent pas que pour distraire les touristes.

Courtoisie

J’avais été extrêmement choqué, dans la maison de la presse de Sainte-Anne, de voir un gros bonhomme, short et marcel, pour exhiber ses coups de soleil, passer devant tout le monde, sans faire la queue et tutoyer le commerçant pour acheter son journal !
Le commerçant antillais l’a carrément flanqué dehors en lui disant : « nous n’avons pas élevé les cochons ensemble ! »
Nous étions lui et moi les seuls touristes, dans ce magasin.
J’ai été gêné de penser que je pourrais être associé à un tel malotru.
Heureusement, il n’en est rien, les Guadeloupéens, en grande majorité, sont des gens courtois, qui font très vite le tri entre les imbéciles et les gens fréquentables.
La chaleur, le soleil incitent aux tenues légères.
Évitez de choquer la population locale, les seins nus sur les plages familiales ne sont pas particulièrement les bienvenus.

Plage

Préférez dans ce cas, les plages naturistes.
Prenez le rythme du pays, prenez le temps de discuter, dans la rue, au marché, aux terrasses de café, sachez quitter les « coins à touristes » et allez prendre votre Ti-Punch, dans le petit lolo où, le soir, se réunissent les pêcheurs, pour faire leurs parties de dominos, et je vous garantis un séjour inoubliable !

Location de voiture

Pour profiter pleinement de votre séjour sans perte de temps, la location d’une voiture s’impose.

Bien que l’île de la Guadeloupe ne soit pas grande et bien desservie par un réseau de cars ou de bus de compagnies privées.

Location de voiture en Guadeloupe

Les compagnies de location de voitures sont très nombreuses. Il existe une multitude de loueurs privés dans toutes les villes.
Il est absolument nécessaire d’être très attentif aux contrats que vous allez signer.
Les prix de location sont très variables mais ils peuvent cacher quelques surprises.
Par exemple, le pare-brise ne sera pas assuré : l’économie peu vite coûter très cher si vous croisez un transport de canne à sucre !
Si vous désirez louer depuis la France métropolitaine, avant votre départ, tournez-vous vers les sociétés de louage internationales.
Vous serez assuré de disposer d’une voiture en parfait état de fonctionnement avec des conditions identiques à celles que vous pouvez trouver en métropole.
La voiture vous sera remise dès l’atterrissage, à l’aéroport.

Location de voiture pas chère

Auprès des petites sociétés de louage, vous pourrez trouver des conditions de location plus intéressantes au niveau des tarifs.
En contrepartie, vous accepterez des voitures présentant des traces d’usure plus marquées.
Ce sont, en général des voitures d’occasion.

Dans ce cas, si c’est la première fois que vous vous rendez en Guadeloupe, louez sur place, ce qui vous permettra de voir l’offre avant de vous engager,  à moins qu’une adresse sérieuse ne vous soit recommandée par des amis ayant déjà utilisé leurs services.

Je sais de quoi je vous parle, pour mon premier séjour, j’ai eu droit à une véritable poubelle, ce qui m’a rendu beaucoup plus précautionneux !

Location de voiture au Moule

Comme je me rends régulièrement au Moule, je loue le plus souvent chez Emeraude & Diamond, sauf quand il n’y a pas de voiture de libre.
Leur parc de véhicule n’étant pas immense, il faut prévoir suffisamment tôt !
Emeraude & Diamond mettent votre voiture à disposition  et la reprenne à l’aéroport de Pointe-à-Pitre si vous le désirez.

Ils sont très sérieux.
Tombé en panne à l’autre bout de l’ile (ça peut arriver !), ils m’ont amené immédiatement une nouvelle voiture.
Appelez Michèle de la part d’Huguette et Patrick au 05 90 23 52 67 et vous serez encore mieux servi !

ATTENTION au décalage horaire

Pitié pour les Guadeloupéens, n’oubliez pas le décalage horaire {{pour téléphoner à 8h30 en Guadeloupe, vous devez attendre 13h30 en horaire d’hiver et 14h30 en horaire d’été}}.

 

Guadeloupe et transport aérien

Vue d'avion : arrivée sur Point à Pitre

Tout le monde cherche des billets d’avion pas chers pour la Guadeloupe, mais l’offre est assez réduite.

 

Vue d'avion : arrivée sur Point à Pitre

Compagnies Aériennes

Trois compagnies se partagent le marché :

Quelle que soit la compagnie, la durée du vol est d’environ 7 h 30 à 8 h 30, en vol direct, sans escale à Saint-Martin.

Si vous êtes fumeurs, pensez à prendre des patchs à la nicotine ou rendez-vous sur Fume et défume !

Quelques vols, notamment pour Air France, se font au départ de Roissy.

La plupart des vols partent d’Orly et plus précisément d’Orly-Sud.