Marie-Pierre en Guadeloupe

Coucou tout le monde.
Reprise de mes carnets de bord en prenant l’apéro.
Un p’tit rhum et ça repart !

Il ne fait pas toujours beau en Guadeloupe !

Le temps a changé et est devenu plus gris voire pluvieux par moment.

Nous avons encore pourtant quelques belles éclaircies et toujours une température dans la journée avoisinant les 30°C et les 26/27°C le soir.

Quelques pluies nocturnes qui ne perturbent pas nos balades, et même si nous nous faisons surprendre par la pluie, cela reste bref et pas désagréable du tout car rafraîchissant.
De toute façon, quand cela arrive nous sommes secs en moins de cinq minutes quand nous ne sommes pas déjà dans l’eau à rechercher les bancs de poissons !

Eglise Le Moule Guadeloupe
Église Le Moule Guadeloupe

Nous voilà donc dimanche 29 avril 2012.
Il est temps de penser à celles et ceux restés dans la grisaille et la froidure de la métropole et nous voici en quête de cartes postales.

Petit tour matinal à Saint François dans le bourg et le long de la marina.
La mer est toujours aussi belle.

Fin de la balade par le marché.
Mon vendeur de poisson n’était point là à mon grand regret.
Notre vendeuse de fruits et légumes non plus.
Ils doivent être de repos pour ce long week-end car pas de marché le lundi sur Saint François ni les jours fériés.

En observant les divers étals, nous découvrons d’autres fruits et légumes encore inconnus de nos palais : qu’à cela ne tienne, nous allons y goûter. Dans nos sacs, nous repartons avec :

  • une grosse barbadine : très gros fruit de la même famille que les fruits de la passion mais aussi gros qu’une courge.
    « Tu l’épluches ma doudou et les peaux dans le rhum ; après la chair, tu l’utilises pour la confiture et le cœur, comme les fruits de la passion. Tu peux même récupérer les graines et les faire macérer dans le rhum » (à lire avec l’accent).
    Le cœur est mangé, nous essayons la confiture ce soir (mardi 1er mai).
  • un petit ananas rouge : bien sucré mais légèrement plus acide que les petits jaunes déjà goûtés.
  • Quelques sapotilles : fruits au goût de kiwi
  • Un pyé-zabriko péyi (abricot pays) : chair assez fade sans acidité.

Pour tous ces achats, nous avons eu droit à une dégustation d’une goyave et de mangues –pommes.
Les avis divergent dans notre petit groupe comme les goûts : les fruits qu’aiment Christelle ne sont pas ceux que j’apprécie et inversement !
Par contre, nous avons la quasi unanimité sur les légumes.

En remontant de cette promenade, arrêt au Leader Price pour refaire le plein puis au stand pour le poulet boucané.

Petite sieste quasi quotidienne et bain de mer de l’après midi.

Nous sommes allés au plus près à l’anse des Rochers à Saint François.
Une partie est très près de la barrière de corail et là, c’est une vraie caverne d’Ali Baba.
Des morceaux de coraux en veux-tu en voilà, des oursins, des coquillages de toutes les couleurs (genre bigorneaux), une méduse échouée, quelques petits crabes.
Un pur plaisir pour les yeux.

Tout proche, une petite plage de sable histoire de se baigner et de découvrir la faune sous marine du coin.

Quelques beaux poissons, encore différents de ceux déjà observés et j’ai même aperçu une seiche.
Quelle diversité.
Manquait juste un peu de soleil pour éclairer les fonds sous marins.

Retour rapide pour l’apéro du soir.
Je ne manquerai pas mon p’tit rhum du soir.

Après une huitaine de jours passés sur l’île, nous nous couchons toujours aussi tôt.

Est-ce le rhum qui toque ?
Christelle, Anaïs et Alison n’en boivent pas et sont aussi fatiguées que Tony et moi : dès le repas avalé ça commence à bailler de tous les côtés !
Et là, nous résistons, nous résistons pour ne pas aller nous coucher avant 21H / 21H30.
De vraies poules …

Lundi, départ pour la journée afin de visiter le nord de Grande Terre.
Premier arrêt à la distillerie Damoiseau, non loin du Moule.
Je n’avais pas pu visiter l’usine lors de mon premier séjour pour cause de grèves généralisées (2009) et nous avons eu peur qu’elle soit encore fermée à cause de nouvelles grèves.
Mais l’usine fonctionnait.

Parcours intéressant au milieu des effluves de cannes à sucre en fermentation.

Broyées trois fois, humidifiées et épurées, le rhum sort à 80° d’alcool après 24H de fermentation suivies de la distillation.
Il est ensuite coupé avec de l’eau pure pour obtenir un titrage à 50° ou 55°.

Pour le rhum ambré, il faut attendre quelques mois de vieillissement en fût et le rhum vieux doit son appellation à un vieillissement d’au moins trois ans.

Dégustation à la sortie de l’usine, mais j’ai juste trempé les lèvres car je conduisais.

Reprise de la route à travers le centre nord de l’île.
Autres routes, autres paysages.

Nous avons traversé des champs de cannes à sucre et quelques parcelles de maraîchers (tomates, melons).

En remontant vers le nord de l’île de Grande Terre nous nous approchions des paysages de falaises avec une végétation plus pauvre.

Des points de vue magnifiques avant d’arriver à la pointe de la Grande Vigie : enfilades de falaises aux pieds desquelles rugissait une eau d’un bleu turquoise intense : SUPERBE !

Arrêt à la pointe pour admirer le site : beaux points de vue sur la mer et les falaises, végétation fleurie.

Après quelques photos souvenir, retour sur nos pas et arrêt à la Porte d’Enfer.
C’est un bras de mer qui s’avance dans les terres dont l’entrée, peu large, est battue par une mer déchaînée.

Repas au restaurant : poulet grillé avec crudités et accras.
Pas le meilleur que nous avons mangé mais cela a suffit à calmer nos appétits.
Petite sieste avec Anaïs et Alison à l’ombre des palmiers pendant que Tony et Christelle ont eu le courage d’aller randonner vers le trou du souffleur.

Après la sieste, courte baignade dans le lagon.
Le temps a tourné à la grisaille et à la pluie.
Juste le temps de se rhabiller que voici de retour nos deux marcheurs avec de merveilleuses images plein la tête.
Nous profiterons sans efforts des photos qu’ils nous ramènent en souvenir de leur escapade !

Retour au bercail crevés.
Pas le courage de faire quoi que ce soit le soir et nous étions tous au lit avant 21H30.

Aujourd’hui premier mai, fête des travailleurs.
Je n’ai pas bougé du gîte où j’ai tranquillement fait mes affaires.
Comme d’habitude, Tony et Christelle ont pris leur courage à deux mains et sont partis pour une grande promenade de trois heures.
Ils sont rentrés avec le pain frais pour le repas du midi et quelques légumes que nous n’avions pas encore goutés : des madères.

Ce sont des racines de la famille des ignames avec un goût très semblable à nos patates bien de chez nous !
En gratin, mélangées aux christophines, un vrai régal.
Après midi tranquillou pour écrire mes cartes postales et gérer les dernières photos (tri et transfert sur le web).

Gros bisous à toutes et tous,
Marie-Pierre

3 réponses sur “Marie-Pierre en Guadeloupe”

  1. Ping : Louer, séjourner, voyager en Guadeloupe » Déjà 3 jours en Guadeloupe
  2. Hello L.O My name is Ashley and I’m in the process of losing weight (beginner), if I do your butt exercises will they help me lose weight in my thighs, and if so does that mean i’ll lose it in butt too at first?thank you

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *